Petit voyage en 2075

les problèmes de relations sociales enfin résolus !

Noé a grandi dans une grande ville du sud de la France. À 30 ans il est très heureux de vivre ! Bien sûr, comme tout un chacun, il connaît des hauts et des bas, mais il a appris à  gérer les creux de vagues très jeune en acceptant pleinement ses émotions.

Il a des relations très nourrissantes avec son entourage… Il aime partager, écouter, se faire connaître. Fidèle en amitié, il n’est pas dépendant des autres et sait aussi apprécier les moments de solitude. Le travail d’équipe l’enrichit, c’est ainsi qu’il apprend et crée plus efficacement. Pour Noé, chaque individu est passionnant et lui procure l’opportunité de donner une attention bienveillante, ce qui semble le rendre encore plus heureux !

Les besoins des êtres humains au centre
En 2075, la société est organisée autour des besoins des êtres humains : les recherches scientifiques ont fini par convaincre les plus sceptiques de la nécessité de ce changement. Les pratiques de chacun ont évolué en fonction des observations et des ressentis individuels, mais aussi des intuitions des uns et des autres, qui ce sont souvent avérées très justes.
On peut se demander ce qui a donné de telles compétences sociales à  Noé à  une époque ou elles ont de plus en plus d’importance…

Fusionner pour mieux explorer
Ainsi a commencé une longue période de fusion avec sa mère, son père prenant le relais pour les soins du corps, les changes, les jeux avec lui. Il a toujours été manipulé avec beaucoup d’attention et de conscience. Très vite, il est devenu un bambin audacieux soutenu par la présence aimante de ses parents.
Il a pu explorer tous les recoins de sa maison, faire un grand nombre d’expériences, jouer, tout en ayant le sentiment d’avoir tout son temps.
Parfois, il était arrêté dans son élan créatif par des adultes qui voulaient simplement le soustraire à  une situation potentiellement dangereuse ou destructrice. Il ressentait de la colère et parfois aussi de la tristesse d’être empêché d’agir, mais ses parents accueillaient ses émotions, il voyait ces dernières comme un moyen très spontané d’aller mieux, une expression corporelle à écouter…

Et la socialisation?
Les parents de Noé ont choisi de rester tous les deux avec leur petit garçon pendant sept ans : leur congé parental a duré trois ans, et ils auront pu télé-travailler les quatre années suivantes. Aujourd’hui, des maisons de l’apprentissage sont ouvertes à tous dans chaque quartier. C’est là que Noé a commencé à  vivre au sein d’une forme de collectivité très différente de ce que ses parents avaient connu au temps de leur enfance…

Plus de discrimination
Depuis qu’il est capable de se déplacer, Noé va vers des personnes de tous âges sans aucune distinction de couleur de peau ou de classes sociale. Il est habitué à ne pas considérer les adultes comme des ennemis, bien au contraire, Il s’attend à trouver en eux des partenaires de jeux, mais aussi des ressources de toutes sortes, ce qui correspond à l’expérience qu’il a vécu plus jeune.
Sur le plan ludique, la société est un peu redevenue ce qu’elle était au Moyen Âge : tous les adultes jouent, les bienfaits du jeu ayant été largement démontrés, et les squares ne sont plus réservés aux seuls enfants.
Les parents de Noé ont aussi connu cette période où les personnes avaient terriblement peur du regard des autres, de leur jugement…

Les relations avec les plus âgés
Noé est très sociable et capable de ressentir de l’empathie pour toutes les personnes en contact avec lui. Il est particulièrement attentifs aux personnes âgées. Elles n’ont pas eu la chance de grandir dans cet univers particulièrement bienveillant. Il faut dire qu’à une certaine période, elles n’étaient pas forcément très bien traitées… Aujourd’hui, le vieillissement est une source de richesse, les personnes ont l’occasion tout au long de leur grand âge de participer à la vie de la société. Tant qu’elles le peuvent, elles contribuent au projet qu’elles souhaitent faire avancer. Cela les maintient en bonne santé. Dans ce groupe social, la violence ayant quasiment disparue, il n’y a que que très peu de maladie. L’espérance de vie est de 140 ans…
Leurs amis sont de générations très différentes, c’est une des caractéristiques de la nouvelle façon de vivre. Comme les humains ne sont plus regroupés par âge, ils créent des liens avec des plus jeunes et des plus âgés sans aucunes limites.

Du bien-être pour tous
Tous les tracas liés aux relations ont disparu également, l’empathie est devenue une compétence commune à  tous. La société ou vit Noé est paisible et très active.
C’est grâce aux compétences sociales, au fait de travailler ensemble à chercher des solutions, que les problèmes environnementaux ont été résolus. Après une période d’effondrement, la compétition a dû laisser la place a une solidarité très forte.
Les besoins des autres sont alors devenus une préoccupation centrale.
De toutes ces bonnes relations découlent beaucoup de bien-être, et des attitudes très différentes.

Noé, passionné d’histoire, s’est demandé à quel moment sont apparues toutes les idées qui sous-tendent le fonctionnement de la société dans laquelle il vit. Il a été surpris par ce qu’il a découvert. Cela fait très longtemps que ces informations ont été publiées. Comment aurait-on pu en tenir compte plus vite ? La question reste posée…

Catherine DUMONTEIL-KREMER
Avril 2014

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *